Lettre d’information – Printemps 2015

Voici un mini journal regroupant divers sujets concernant Madagascar et Terre de Partage  :

Nos missions

Charles Loubignac, vice président, a de nouveau passé plusieurs semaines à Madagascar en mars dernier. Il a pu réaliser plusieurs missions pour vérifier le bien fondé de certaines demandes d’aides, contrôler l’usage de nos dons, évaluer l’intérêt de poursuivre ou non certains projets. Il y retournera à l’automne et peut-être avant. Sa présence là-bas est précieuse pour Terre de partage qui profite de son regard vigilant et rationnel et de ses comptes-rendus riches en informations : merci Charly !

Entre temps nous avons pu rencontrer à Paris, deux de nos principaux interlocuteurs locaux et faire le point en détail sur les différents lieux où sont distribués nos dons : cantines, centre de formation, écoles, micro crédit, et quelques petits parrainages.

J.M.J. (journées Malgaches de la jeunesse)

En mars 2015 certains d’entre vous ont reçu une demande d’aide particulière pour permettre à des jeunes de brousse de participer aux « JMJ »  organisées en septembre prochain par le diocèse de Fianarantsoa où se portent la majeure partie de nos aides. Il fallait 800 € et vous avez apporté 1000 €  Merci pour eux !

Etat des lieux à Madagascar

Quelques repères récents : la crise politique a accentué le retard du Pays.
• la pauvreté : Madagascar figure parmi les pays les plus pauvres du monde. 92 % de la population vit avec moins de 2 $ par jour. Le revenu par habitant en 2013 est retombé à son niveau de 2001.
• l’aide internationale a chuté de 30 % en 5 ans.
• la corruption : la Grande Île figure au 127ème rang sur 177 pays dans le classement de « Transparency international ». 40 % du budget de l’État seraient détournés !

Problèmes climatiques

Trop de pluie d’un côté ; trop de sécheresse de l’autre… Alors que les inondations sévissaient en début d’année, la sécheresse s’est installée en automne au Sud notamment et la « période de soudure » a été à nouveau bien difficile pour beaucoup. Selon un de nos correspondants en février 2015 à Tuléar où on lit que les catastrophes sont bienvenues pour les spéculateurs : Dans les alentours de Toliara, les cyclones n’ont pas été violents mais ont apporté des pluies abondantes qui ont provoqué de graves destructions sur les cultures en régions inondables. Dans certaines régions, c’est la disette car la sécheresse de l’année précédente avait anéanti toutes les cultures ; or dès que la disette augmente, le prix des aliments apportés par les commerçants triple. La solidarité s’organise sur le plan national et international mais avec un retard qui aura été fatal pour de nombreuses personnes (en particulier les enfants).

A propos d’hygiène

Article intitulé « Manque de toilettes : aberration du XXI° siècle » (tiré du magazine « Biocontact » de mars 2015) :
En 2012 l’ONU annonçait que près d’1 milliard d’habitants n’avaient pas accès à l’eau ; il y a 1 an le rapport réévaluait ce chiffre à 2,4 milliards ! Chaque année 6 millions de personnes dont 2 millions d’enfants meurent de suite de maladies liées à l’absence d’assainissement ou à la mauvaise qualité des eaux. Cette réalité scandaleuse a aussi un effet sur la scolarisation des enfants notamment des filles qui, à la puberté, quittent l’école car leur dignité n’est plus assurée. Sans parler des risques d’agression pour les femmes obligées de s’éloigner de leur habitation pour se soulager…
Bien entendu, on est en droit d’attendre des états de régler ce problème ; mais en attendant des petites associations comme la nôtre répondent parfois à cette demande (création de sanitaires l’an passé à la prison de Mananjary, et participation à d’autres demandes de construction ou restauration de sanitaires au profit d’élèves.)

Tiré de la gazette « petite croix du Sud » :

(la feuille d’information d’une congrégation à qui nous transmettons des dons à Tuléar) :

Vonjy 8 ans et Aina 10 ans vont à l’école depuis seulement 1 an car auparavant la maman ne pouvait qu’assurer leur maigre subsistance (sans pouvoir payer « l’écolage »). Pendant cette première année elles venaient à l’école de plus en plus sales, les cahiers chiffonnés, les crayons perdus … leur maman était à l’hôpital et les enfants seules à la maison depuis plusieurs semaines (donc sans rien à manger en dehors du repas de midi à la cantine de l’école que nous soutenons à Tuléar). La maman, opérée, rentre à la maison et va reprendre son petit travail de lessive pour gagner leur vie …

Histoire de Léon pour illustrer l’intérêt mais aussi des difficultés de nos aides…

A Fianarantsoa, Terre de Partage finance des jeunes (logés et nourris) qui veulent se former en mécanique vélo (voire auto quand ils ont la chance de continuer une année de plus) ; ensuite ils installent leur échoppe dans leur village où, la plupart du temps, ils font du bricolage tous azimuts (outils agricoles quand ce ne sont pas des vélos) et, dans le meilleur des cas, ils vendent des vélos (d’occasion bien sûr). Malheureusement Léon n’est pas allé jusqu’au bout du parcours car il ne supportait pas de se voir chargé des autres enfants de sa famille : un frère aîné handicapé et des cadets à faire manger alors que la maman n’avait plus la force de faire face. En début d’année, Léon est réapparu avec sa copine sur le point d’accoucher … Terre de Partage a choisi d’aider plutôt cette jeune maman à subvenir par son travail aux besoins familiaux. Elle est suivie de près car la situation est préoccupante …Léon s’est montré inconscient et nous savons bien que pour lui, le risque est grand de rejoindre les rangs des « dahalo » : ces brigands qui se retrouvent souvent en prison après un vol de zébu voire un meurtre…

ACTION LOCALE A VENIR (à noter sur vos agendas dès à présent)

Le dernier week-end de septembre nous participons sur Brive à un vide grenier annuel où nous tenons un stand au profit de Terre de Partage : les donateurs corréziens sont invités à proposer leurs objets (contact : Yvan Perrouin 06.76.45.22.75.) mais surtout, à passer nous rendre visite avenue Emile Zola au niveau du parking !

A tous nos donateurs nous renouvelons notre reconnaissance pour votre confiance et votre générosité  – Nous attendons vos remarques et suggestions – grand MERCI à tous !

RAPPEL : vous pouvez envoyer votre cotisation annuelle (10 € ) à tout moment de l’année à : Terre de Partage : 7 rue Fernand Alibert 19100 Brive

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

Copyright © 2018 Terre de Partage Madagascar. Tous droits réservés.